F.A.Q. HYPNOSE

Questions fréquentes sur l’Hypnose

 

Tout le monde peut-il être hypnotisé ?

OUI !

L’hypnose est un état de conscience modifiée qui peut être induit volontairement par un praticien lors d’une séance d’hypnose, mais  qui peut aussi se produire spontanément, par exemple lorsque nous sommes plongés dans une rêverie, ou que toute notre attention est focalisée sur un film, ou que nous sommes fascinés par une œuvre d’art.

On peut donc dire que tout le monde est hypnotisable, c’est-à-dire que tout le monde possède cette capacité d’entrer en hypnose. En revanche, tout ne monde n’y rentre pas de la même façon …

Quelles sont les principales indications de l’hypnose ?

Les principales indications de l’hypnose concernent :  la douleur aigüe ou chronique,   l’anxiété,  la concentration, la  motivation, les phobies, les addictions, etc …… L’hypnose est de plus en plus utilisée par le corps médical et dans les hôpitaux, preuve de son utilité et de son efficacité !

Est-ce qu’il y a des contre-indications à l’hypnose ?

NON. Il n’existe pas de contre-indications et tout le monde peut bénéficier de l’hypnose. Sauf de très rares cas, comme des personnes au profil psychotique et en phase de délire…

L’hypnose est-elle une forme de sommeil ?

NON !

On l’a pensé pendant des siècles, mais les études en EEG (électroencéphalogramme) puis en neurosciences montrent que non.

L’hypnose est même plus un état de veille paradoxal qu’une forme de sommeil, même si le fait d’être détendu pendant une séance d’hypnose peut laisser penser à un observateur que la personne hypnotisée s’est endormie !

Pendant une séance d’hypnose, vous êtes conscient, vous entendez le Praticien parler, et vous êtes en capacité de répondre au Praticien, que ce soit en parlant ou par un geste selon la profondeur de la transe hypnotique.

Le fait d’être hypnotisé vous permet (et permet au Praticien) d’avoir accès à votre inconscient et donc à toutes vos  ressources inconscientes.

Rappelons que l’inconscient régule les fonctions biologiques (respiration, rythme cardiaque, système immunitaire etc…), et contient toutes nos expériences et tous nos apprentissages….  Milton H. Erickson (1901 – 1980) disait « faites confiance à votre inconscient ».

Peut-on me faire faire des choses contre ma volonté ?

NON !

Je vous dirai d’abord que mon éthique me l’INTERDIT !  Et de toute façon, ce n’est tout simplement pas possible !

L’état d’hypnose est un état de conscience modifiée, nous disons bien « conscience », et comme vous restez conscient,  il n’est pas possible de vous faire faire des choses que vous ne voudriez pas.

De plus, pendant la séance d’hypnose, votre inconscient veille sur vous et vous protège. Donc, toute demande dépassant le cadre convenu par vous-même avec le Praticien avant l’entrée en transe, vous réveillerait immédiatement.

Dans l’hypnose de spectacle, l’hypnotiseur repère les personnes qui ont visiblement envie de vivre cette expérience et les font monter sur scène. Mais il ne pourra pas leur faire faire des choses qui iraient à l’encontre de leur volonté.

 

Puis-je retrouver des souvenirs grâce à l’hypnose ?

NON !

On l’a cru pendant longtemps, et combien de films fantastiques et de romans ont surfé sur cette croyance !!!

On a cru pendant longtemps que la mémoire était comme un disque dur d’ordinateur enregistrant des données et les restituant telles quelles.

Or, le fonctionnement de la mémoire est beaucoup plus complexe, c’est un processus dynamique, et nos souvenirs sont modifiés à chaque fois qu’ils nous reviennent en mémoire.

Avec l’hypnose, nous retrouvons non pas le souvenir pur, mais la représentation que nous avons du souvenir, à travers le vécu de l’évènement. C’est à dire que nous avons les sensations, les impressions, les goûts, les odeurs, bref tous les ressentis que nous avons eu, à l’instant de l’évènement et à chaque remémoration choisie.

Le risque est grand, pour les personnes non averties, de créer de faux souvenirs et de mauvaises interprétations de ce qui est vécu et exploré.

En revanche, nous pouvons ainsi dans une séance d’hypnose changer notre souvenir et faire d’une expérience désagréable ou douloureuse, une expérience au moins enrichissante ou en tout cas différente.

 

Est-il possible de rester « bloqué » sous hypnose après la séance ?

NON !

Les expériences réalisées sur cette question ont montré que, même  sans stimulation,la personne revient spontanément à un état ordinaire de conscience après 10 à 15 minutes.

Puis-je être manipulé sous hypnose ?

Il n’est pas possible de vous faire faire des choses que vous ne voudriez pas faire consciemment. Et du point de vue de l’éthique, c’est inacceptable.

Il est vrai que toute situation de fragilité peut conduire à être impressionnable et à se laisser convaincre par l’entourage, et en particulier par les personnes représentant une autorité quelle qu’elle soit (administration, personnel médical, Praticien en Hypnose…).

Lors d’une séance d’hypnose, nous parlons ensemble de votre objectif et la séance d’hypnose proprement dite est faite en fonction de cela. Nous sommes très attentifs à éviter toute dérive en la matière.

 

Vais-je perdre le contrôle sous hypnose ?

NON !

Chacun  peut maintenir le niveau de contrôle qu’il désire autant qu’il le veut pendant la séance ! A aucun moment, on n’est soumis à la volonté du Praticien.

Dans les faits, si l’expérience de l’hypnose ne vous convenait pas, vous n’entreriez pas en transe,  et la séance d’hypnose ne pourrait pas aboutir.

Peut-on être hypnotisé sans le vouloir ?

NON !

Il faut le vouloir … ou se laisser faire (volontairement !) par exemple quand on regarde le rythme des vague.

Votre consentement est absolument nécessaire pour entrer dans l’état de conscience modifiée nécessaire à une séance d’hypnose.

L’hypnose a-t-elle été prouvée scientifiquement ?

Les effets de l’hypnose, oui. De nombreuses études ont montré qu’une suggestion hypnotique entraîne des réponses neuronales. Exemple, celle menée en 1997 par le Pr Stephen Kosslyn, du département de neurologie du Massachusetts General Hospital de Boston : il a présenté à un groupe de seize personnes une palette de couleurs échelonnées et une palette de dégradés de gris. Les réactions de leur cerveau étaient enregistrées par un tomographe à émission de positrons. Lorsque, sous hypnose, on demandait à chacune de ces personnes de « voir » en couleurs la palette de gris, c’était l’aire occipito-pariétale, l’une des zones de reconnaissance des couleurs, qui était activée : le cerveau avait donc réagi comme s’il voyait de la couleur à la place du gris, ce que demandait la suggestion.