Identifier et s’éloigner de ses injonctions parentales avec la PNL


une mère qui tient son enfant par la main

Les injonctions parentales sont des propos ou des comportements répétés par nos parents durant notre enfance et qui vont nous influencer dans nos opinions, nos choix de vie et notre attitude en général. Si elles peuvent être constructives et bien pensantes, elles peuvent aussi être néfastes et/ou involontaires. Dans tous les cas, une fois que l’on arrive à l’âge adulte, ces injonctions laissent une trace qui peut impacter les choix de vie de manière durable.

La PNL permet d’identifier ce genre d’injonctions et de s’en éloigner tout en choisissant ses propres codes de vie.

 

Un filtre à travers lequel on voit le monde

Acquises tout au long de l’enfance et souvent entretenues au cours de la vie d’adulte, les injonctions parentales peuvent être bénéfiques comme elles peuvent être destructrices. Avec le temps, elles se transforment en croyances qui sont si fortes qu’on les prend pour vérité générale.

Toutefois, avec le temps et les rencontres de la vie d’adulte, on se rend bien compte qu’on ne partage pas ses principes avec tout le monde. Et c’est bien normal ! Nous n’avons pas tous reçu la même éducation, ni entendu ou vu les mêmes injonctions parentales.

Ces injonctions ont un rôle essentiel dans la formation de ce qu’on appelle en PNL les “méta-programmes”, et s’expriment souvent sous forme de croyances que l’on entretient au quotidien. Ces injonctions peuvent être clairement répétées à l’oral, ou suggérées par des comportements répétés par les parents, de manière consciente ou non.

C’est ainsi que l’aîné de la famille peut intérioriser l’idée qu’il doit toujours être responsable et s’occuper des autres, ou que la seule fille de la famille adoptera le rôle féminin présenté par sa mère durant son enfance, par exemple.

 

“Fais-moi plaisir : sois parfait !”

Prenons un exemple concret.

Lors d’une formation PNL, un de mes clients a mis le doigt sur une injonction parentale qui avait été néfaste pour lui. Durant son enfance, on lui avait souvent répété qu’il fallait “être le meilleur, sinon cela ne sert à rien”.

Cette phrase a fait beaucoup de mal à mon client qui a ressenti une énorme pression pour exceller dans tout ce qu’il entreprenait. Cela l’a souvent empêché d’essayer des choses juste pour le plaisir, puisque les enjeux étaient trop grands selon ce méta-programme. Cette injonction parentale a donné lieu à une vision du monde limitante qui lui fermait des portes, jusqu’à ce que mon client s’en rende compte et cherche à s’en défaire.

Heureusement, à partir du moment où l’on en prend conscience, on peut contester nos injonctions parentales au quotidien et apprendre à passer outre !

 

“Fais pas ci, fais pas ça”

enfant grondé

De nombreuses injonctions parentales concernent des interdictions. Elles peuvent être simples et bien pensantes : ne pas dire de gros mots, ne pas envoyer de SMS à table… Ou complexes et injustes pour l’enfant, surtout si elles concernent des éléments fondamentalement plus importants pour lui.

Cela me fait penser à une de mes clientes qui avait intériorisé des croyances négatives à propos du métier de journaliste, ainsi que l’univers de la politique. Et pour cause : son père lui avait montré, par ses propos et comportements, tout le mal qu’il pensait de ces professions. Que ce soit en jetant avec dédain le journal du dimanche, en s’agaçant des propos des journalistes et hommes et femmes politiques des infos de 20 heures, il avait fait comprendre à sa fille que ces professions n’étaient pas respectables.

Pourtant, pour elle qui aimait écrire et voulait faire changer les choses, c’était une voie professionnelle très intéressante à explorer. Au cours de sa formation PNL, elle s’est souvenue de cette injonction paternelle et a choisi, en toute conscience, de la mettre de côté. Et aujourd’hui, si elle m’avoue repenser souvent à cette interdiction lorsqu’elle gravit les échelons de la profession de journalisme politique, elle prend beaucoup de plaisir à pratiquer son métier. Et c’est ce qu’il y a de plus important !

 

Vivre la vie comme on la désire…

vie idéale

Si certaines injonctions parentales sont constructives, ce ne sont généralement pas celles dont on cherche à se défaire lors d’une formation PNL, même s’il est toujours utile de les identifier !

Ce sont les injonctions limitantes qui peuvent faire du mal, et à propos desquelles on doit réfléchir pour passer outre et vivre la vie qu’on désire. La PNL permet de faire une utilisation positive de ses méta-programmes en changeant de manière positive ses comportements et croyances. Cela ouvre des portes insoupçonnées et enlève un poids énorme des épaules !

En effet, nombreuses sont les personnes qui se sentent obligées de faire ce que leur ont dit leurs parents, même après avoir quitté la maison parentale, et même après le décès de leurs parents, parfois d’autant plus que les parents ne sont plus là ! L’enfance est une période si importante de la vie, que ce qu’on apprend durant cette phase peut rester gravé à jamais si on ne songe pas aux limites inévitables de l’éducation qu’on a reçue. Et ce, même avec les parents les plus adorables du monde !

Il arrive aussi que l’on choisisse de vivre la vie que nos parents n’ont pas eue, parfois sans même le savoir. C’est quelque chose que l’on constate souvent aujourd’hui, car les adultes du XXIème siècle ont souvent accès à plus d’opportunités et d’expériences que leurs parents. C’est une énorme chance, ainsi qu’un poids ! La pression pour en “profiter” et rendre honneur aux efforts de ses parents peut être étouffante, surtout si on cherche encore sa voie ou les conditions de son bonheur.

C’est pourquoi la Programmation Neuro Linguistique est un fabuleux outil pour choisir sa vie idéale selon ses propres envies, valeurs et rêves. Tout devient possible ! En songeant dans les détails à ses croyances, à ce qui nous fait du bien ou du mal, à ce qu’on veut de la vie, on est comme empli d’une lumière qui donne de l’énergie et de la motivation pour agir au quotidien. Les hésitations et doutes perdent en vivacité, puisque les objectifs sont clairs.

En pratiquant la PNL, on reprend la responsabilité de sa vie et de ses croyances. Les injonctions parentales existent toujours, mais on peut choisir celles que l’on considère comme positives et les appliquer au quotidien tout en mettant de côté celles qui nous limitent. C’est une façon de faire le tri dans ses critères, d’une certaine façon !

Et vous, avez-vous déterminé des injonctions parentales dont vous souhaitez vous défaire ? Parlez-nous en dans les commentaires, ou inscrivez-vous à une formation certifiante de praticien PNL  pour approfondir votre réflexion et changer de vie !

2 commentaires


  1. s’il y avait une session de formation (ou de rééducation en ce qui me concerne) sur ce thème je devrais m’y inscrire de toute urgence!!! et inscrire l’un de nos associés voire 2.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *