Les origines de la PNL

L’histoire de la PNL, ou Programmation Neuro-Linguistique, commence dans les années 70, avec le travail de Richard Bandler et John Grinder.

 

Ces deux psychologues se sont rencontrés à l’université de Santa Cruz, en Californie. Bandler, qui était également mathématicien et informaticien, était en formation pour obtenir son doctorat de psychologie, et Grinder était professeur de linguistique.

Ils étudient les procédés de Milton Erickson (psychiatre), Virginia Satir (thérapeute familiale) et Fritz Perls (psychothérapeute), trois grands thérapeutes de renommée internationale. Ils repèrent, décrivent et décryptent les techniques des thérapeutes ayant fonctionné, puis en font un modèle utilisable par tous. C’est Richard Bandler qui est à l’origine de la modélisation des comportements de succès. C’est à partir de ces recherches qu’ils fondent une nouvelle discipline.  Ils considèrent que les hommes peuvent tous obtenir les mêmes résultats en apprenant le procédé adéquat.

Peu de temps après, ils publient ensemble deux volumes de « Structure Of Magic », qui présentent un processus permettant de déterminer comment une personne se représente le monde. Cette technique de linguistique, appelée le méta-modèle, accède à la structure profonde de la personne. Elle est grandement basée sur les travaux de John Grinder sur la grammaire transformationnelle. Au départ, les modélisations sont donc basées sur la linguistique, mais très vite,  d’autres outils font leur apparition.

Le terme « programmation » correspond aux différents programmes mentaux, conscients et inconscients. La « neuro-linguistique » associe d’une part le cerveau, le système nerveux et d’autre part le langage, verbal et non verbal. La PNL cherche à relier la perception sensorielle et l’état interne d’une personne à l’approche linguistique.

Richard Bandler définit la PNL comme étant : « une éducation du cerveau, une sorte de mode d’emploi ».

La PNL  s’intéresse avant tout au fonctionnement d’un processus, au « comment », contrairement à d’autres disciplines qui se concentrent sur le contenu, le « pourquoi » et sont explicatives. Elle se base d’abord sur l’expérience de la personne et considère que l’échec n’existe pas, qu’il n’y a que du « retour d’expérience » : l’échec lors d’une situation permet d’avoir de l’expérience, et l’expérience permettra de mieux réagir la prochaine fois que la situation se présentera. C’est le principe du feed-back. La PNL permet d’améliorer la façon de communiquer d’une personne avec les autres et lui permet de mieux se connaître et de s’affirmer.