Vos croyances ne sont pas celles de vos amis !

Nos croyances sont un filtre à travers lequel on voit le monde. Elles sont issues de notre éducation et de nos expériences de vie qui posent en nous des systèmes logiques qui régissent notre quotidien. Comme disent les Anglo-Saxons, « Attitude is everything », et notre attitude découle souvent des croyances qu’on a vis-à-vis de telle ou telle situation.

citation de Winston Churchill
“L’attitude est une petite chose qui fait une grande différence.” Winston Churchill.

Des croyances positives, et des croyances limitantes

Bien évidemment, les croyances positives sont bénéfiques ! La croyance profonde qu’on va réussir dans un projet de vie peut avoir autant d’impact positif que le talent, le réseau ou les compétences.

Toutefois, les croyances peuvent être limitantes si elles sont négatives et, surtout, quand on n’en a pas conscience ! Ce sont ces croyances qui nous empêchent parfois d’entamer un projet, ou de le terminer, sans que l’on sache vraiment pourquoi.

croyances limitantes

Ce sont aussi ces croyances, que l’on ne partage pas forcément avec M. et Mme Tout le Monde, qui peuvent créer des malentendus et difficultés de communication. Eh oui ! votre ami, qui a reçu une éducation différente et qui a eu une vie différente de la vôtre, ne réagira pas de la même façon que vous face à une situation donnée. On prend en général ses propres croyances pour vérité générale, mais en réalité il y a peu de personnes qui partagent votre façon exacte de voir les choses. Et lorsque vos croyances viennent se heurter à celles de votre compagnon/compagne, collègue, belle-mère ou patron, les dégâts se font vite sentir.

Il peut donc être intéressant d’identifier ses croyances, qu’elles soient positives ou limitantes, afin de savoir en profiter ou les mettre de côté au besoin. Lorsqu’on est conscient de ses propres systèmes de pensée, il devient beaucoup plus facile de changer son comportement comme on le désire.

L’histoire du bouquet de fleurs

 

citation de Cicéron
La gratitude n’est pas seulement la plus belle des vertus, mais la mère de toutes les autres. Cicéron

Je me souviens d’une cliente à qui les parents avaient appris l’importance de la reconnaissance au quotidien. Dans leur famille, ils se disaient merci pour tout. Et en soi, c’est évidemment une bonne chose ! Toutefois, le revers de la médaille faisait que cette jeune femme se pliait en quatre pour remercier les autres, même lorsque ce n’était pas nécessaire, et pouvait y perdre un temps fou.

Elle m’a notamment parlé d’une histoire qui m’a bien amusée. La famille de son compagnon leur avait apporté un gâteau fait maison et un cadeau attentionné à l’occasion de leur pendaison de crémaillère. Lorsque, quelques mois plus tard, ces mêmes personnes ont eux aussi pendu la crémaillère et que ce jeune couple a oublié d’apporter un cadeau à son tour, ma cliente n’a pas supporté la situation. Ses croyances lui disaient que c’était non seulement malpoli d’arriver les mains vides, mais qu’il fallait absolument rendre la pareille aux personnes qui s’étaient donné du mal pour elle et son compagnon.

bouquet de fleursEn catastrophe, elle a donc cherché une solution, et est tombée sur l’idée d’offrir un bouquet de fleurs qu’elle ferait livrer dans le nouvel appartement des intéressés. Mais ces derniers étaient partis en vacances juste à ce moment-là et n’ont jamais reçu leur bouquet. Ma cliente a appelé le service après-vente de la société de livraison de fleurs pour essayer de reprogrammer une nouvelle livraison, a reçu maints appels téléphoniques pendant qu’elle était au travail, et a, de manière générale, consacré beaucoup temps et d’énergie pour un simple bouquet de fleurs qui n’est finalement jamais arrivé à destination. Et par-dessus le marché, le couple, n’ayant jamais reçu le bouquet, ne l’a pas remerciée pour son geste. Chose qui l’a évidemment beaucoup heurtée, au vu du temps qu’elle avait consacré à ce projet et de l’importance qu’elle consacrait aux remerciements de manière générale ! Elle n’a pas accepté de ne pas être remerciée … pour un cadeau que les personnes n’avaient jamais reçu !

Cet exemple est parlant, car il illustre l’ampleur que peuvent prendre les croyances dans la vie de tous les jours. En me racontant cette histoire, ma cliente a évoqué le fait qu’elle aurait voulu ne pas se mettre autant de pression et tout simplement profiter de la pendaison de crémaillère sans se soucier des cadeaux ou autres preuves de gratitude. En effet : qu’aurait-elle gagné en mettant de côté sa croyance que la gratitude est plus importante que tout ? Du temps, de l’argent et de la tranquillité d’esprit !

La formation de Praticien PNL a aidé ma cliente à identifier cette croyance, et à modifier son comportement lorsque la situation s’y prête. Ainsi, elle pourra agir autrement la prochaine fois qu’elle aura une envie irrépressible d’offrir un bouquet de fleurs à des personnes qui n’ont rien demandé !

Et vous, avez-vous identifié des croyances qui vous limitent ou vous boostent au quotidien ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *